Actualités Le plomb et le saturnisme

Diagnostiquer et prévenir le saturnisme avant 18 ans (fiche de Santé Publique France) / Document destiné aux professionnels de santé

Quand prescrire une plombémie pour repérer le saturnisme infantile ?

Critères environnementaux :

• L’enfant habite ou fréquente régulièrement un bâtiment construit avant 1949 et :

– les peintures y sont écaillées,
– des travaux de rénovation ont récemment été exécutés, – l’enfant mange des écailles de peinture.

Dans l’entourage de l’enfant, une autre personne (frère, sœur, camarade, mère, père, voisin) est ou a été intoxiquée par le plomb.

L’enfant habite ou fréquente régulièrement des lieux proches d’un site industriel à risque, en activité ou non.

• Les parents ou l’enfant exercent une activité professionnelle ou de loisirs à risque.

• L’enfant habite dans un logement construit avant 1955, située dans une commune alimentée par une eau agressive et consomme régulièrement de l’eau du robinet.

• L’enfant est arrivé récemment en France, notamment dans un contexte d’adoption, avec exposition possible dans le pays d’origine.

Signes cliniques et suspicion d’exposition au plomb :

• Difficultés d’apprentissage.

• Troubles de l’attention, hyperactivité, pica.

• Troubles neurologiques de la motricité fine.

 

Les femmes enceintes doivent être interrogées sur des antécédents d’exposition au plomb et leurs habitudes actuelles pouvant constituer un risque. L’entretien prénatal précoce du 4e mois est l’occasion de contrôler tôt une exposition in utero. En cas de plombémie ≥ 50 μg/L, une DO (Déclaration Obligatoire) sera adressée à l’ARS, si la femme est âgée de moins de 18 ans. Les autres femmes sont informées sur les principales sources de plomb et les risques liées à cette exposition et bénéficient d’une surveillance adaptée (pression artérielle, croissance fœtale et vérification des apports en fer, calcium et en vitamine D).

 

Comment prévenir le saturnisme?

La principale intervention efficace contre le saturnisme est l’arrêt de l’exposition. Depuis le 17 juin 2015,

• Toute plombémie ≥ 50 μg/L doit être déclarée à l’Agence régionale de santé (ARS). Ce signalement entraîne une enquête environnementale destinée à identifier les sources d’exposition au plomb afin de les éliminer. Elle sert aussi à repérer éventuellement d’autres enfants exposés au plomb dans l’entourage familial ou géographique ;

• Un niveau de vigilance (25 ≤ plombémie ≤ 49 μg/L) est défini afin contrôler la plombémie entre 3 et 6 mois après le primodépistage.

 

Quelle que soit la plombémie, des conseils hygiéno-diététiques peuvent être proposés :

•nettoyer le sol avec un linge humide ou utiliser un aspirateur THE (très haute efficacité) ou HEPA (high Efficiency Particulate Air) ;

• laver les mains et le visage le plus souvent possible ;
• couper les ongles courts ; ne pas les ronger ;
• laver fréquemment les jouets, les tétines et les doudous ;
• assurer l’équilibre alimentaire de l’enfant et de la femme enceinte ;

à proximité d’un site industriel émetteur de plomb ou pollué par le plomb :

essuyer et retirer les chaussures en entrant dans le logement,
ne pas laisser les enfants jouer à l’extérieur sur un sol nu,
– éviter la consommation des végétaux cultivés ;

• en présence de canalisations d’eau potable en plomb :
– déconseiller d’utiliser l’eau de distribution pour les biberons,
– faire couler l’eau entre 3 et 5 minutes en cas de stagnation de l’eau.

Association Citoyenne ! rappelle que les anciennes plaines d’épandage du 78 et du 95 sont très fortement polluées à des valeurs jusqu’à 4 fois plus dangereuses que celles que l’on peut trouver sur d’anciens sites industriels, notamment du fait de la bioaccessibilité mesurée à 100% :

Document complet :

Fiche SPF sur Saturnisme

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.